Debating Breakfast - 2 ème édition

Après le succès du premier Debating Breakfast, l’équipe d’Orange Developer Center a organisé la deuxième édition le vendredi 14 juin.
Cet événement convivial, autour d'un petit déjeuner, a regroupé différents acteurs de la communauté des développeurs mobiles tunisiens, aussi bien des professionnels que des étudiants. 

Le débat était animé par Rym Rais de Wayma Group, agence en marketing mobile et développement mobile

Parmi les invités, nous avons retrouvé :

  • Sami Ben Maatoug, entrepreneur

  • Nader Yamoun, general manager à Web design

  • Lassaad Baati, dirigeant de Aremma, SII mobile et web

  • Hajer Ben Cheikh, responsable commercial de Bewoopi, agence en développement mobile

  • Wassil Galai, développeur mobile

  • Sadok Issa, développeur mobile

  • Rihab Ben Hassine, développeur mobile

  • Marwa Brik, développeur mobile

  • Selma Karoui, développeur mobile

Avec cette nouvelle initiative, Orange Tunisie vise à créer une dynamique autour de l'écosystème du développement mobile en Tunisie en lançant des débats relatifs à ce secteur. 

Le débat a commencé par une présentation de Rym Rais, qui a mis en avance le nombre toujours croissant des smartphones vendus dans le monde et en Tunisie : 210 millions d'unités vendues dans le monde, au premier trimestre 2013, avec une croissance de 42,9%. Cette croissance devrait continuer surtout sur les marchés de Moyen Orient et de l'Afrique du Nord.
Actuellement, en Tunisie, 12 millions de lignes mobiles sont actives. Le taux d'équipement en téléphones mobiles en 2012 est estimé à 15%, avec selon Orange, 20% d'équipement en smartphones. Les estimations pour 2015, pour la Tunisie sont un taux d'équipement entre 35 et 45%.

Les tablettes sont également un support que les développeurs ne doivent pas négliger, avec 190,9 millions de tablettes, et une croissance de 50%, au premier trimestre 2013. Mme Hajer BEN CHEIKH de Bewoopi est intervenue pour ajouter que les tablettes seraient certainement les PC portables de demain. L'arrivée de WindowsPhone dans le monde des tablettes est à suivre de près.

Dans le cadre du débat autour du M-marketing, Rym Rais a reprécisé les bénéfices du mobile :

  • Objet personnel, qui l'on a toujours sur soi

  • Qui allie le monde du réel et du virtuel

  • Connectable ou connecté en permanence (WIFI dans les cafés...)

  • Permettant des campagnes cross canal

  • La technologie 3G présente en Tunisie

  • Le prix des smartphones Android en baisse constante

Les intervenants étaient tous d'accord pour constater qu'en Tunisie, il manque une culture mobile et une éducation mobile. Les décideurs, les chefs d'entreprise ou les institutionnels ne connaissent pas les atouts d'un smartphone et des applications mobiles. Toute démarche auprès d'un client potentiel commence toujours par un apprentissage de la culture mobile, une clarification de ses besoins et une explication détaillée des larges potentialités des applications mobiles.

Dans le domaine du marketing et de la publicité, même constat les annonceurs tunisiens ne sont pas encore prêts à intégrer l'application mobile, ou même le smartphone, dans leurs campagnes publicitaires. Faute de statistiques concrets et exploitables (nombre d'applications téléchargées, nombre de smartphones vendus/tranche de population...), les décideurs n'ont pas d'éléments pertinents pour sélectionner ce support comme véhicule de message, et se tournent encore vers les supports de communication classiques (papier, affiches...). Une avancée tout de même depuis quelques mois, avec une augmentation de campagnes publicitaires via SMS simples ou SMS plus complexes avec des liens sur des pages site mobiles.

Autre frein au développement des applications mobiles en Tunisie, l'achat en ligne. Même si on voit quelques sociétés tunisiennes qui commencent à proposer des achats en ligne, cela reste très restreint. Le système ne semble pas encore sécurisé, trop d'erreurs apparaissent. La confiance n'est pas encore là.
L'achat facile et sécurisé via les smartphones pourrait être une solution pour convaincre les entrepreneurs des bénéfices du développement d'une application mobile.

Le phénomène ATAWAD, lié au développement de l'internet et des applications mobiles a été expliqué : Any Time, Any Where, Any Device, ce qui désigne la tendance selon laquelle les individus souhaitent de plus en plus pouvoir accéder à un contenu, une information ou une offre marchande quelque soit le moment, le lieu ou le mode d’accès (TV, ordinateur, mobile, tablette, console, etc.).

A la question: est-ce que une application payante serait un modèle économique viable? Tous ont répondu "Non", car c'est un énorme frein au téléchargement. Plusieurs techniciens ont également confirmé qu'ils étaient faciles de cracker et copier une application mobile.

En conclusion, les intervenants ont à nouveau exprimé leur volonté de démocratiser le mobile en Tunisie et de faire mieux connaître les applications tunisiennes. Ils ont décidé de rester en contact et commencer à travailler sur les points évoqués lors du débat.

La matinée s'est clôturée autour de croissants et de café chaud.