Debating Breakfast - 5 ème édition

Jeudi 20 novembre 2014, encore une fois  et après le succès des éditions précédentes, l’Orange Developer Center, l’unique laboratoire dédié au développement mobile en Tunisie, a organisé son célèbre événement convivial, le Deabating Breakfast.

Rappelons que ce concept novateur et original permet de regrouper dans un cadre convivial et autour d’un petit déjeuner, différents professionnels et experts afin de débattre des sujets relatifs aux nouvelles technologies et ainsi créer une dynamique autour de ce secteur.

Pour cette édition du Deabating Breakfast et une fois de plus, un sujet qui préoccupe beaucoup de jeunes développeurs a été abordé : Les TIC au service de l’entreprenariat social.

La crise économique, sociale et environnementale s’est profondément installée dans notre pays et face à une croissance et une complexification des besoins sociaux, les entreprises sociales présentent ainsi une vraie solution pour ces problématiques.

Un grand panel d’experts de ce secteur était présent à l'Orange Developer Center pour participer à un débat dynamique et constructif autour de ce sujet.

Parmi les invités, nous citons :

 

Le débat était animé par Nidhal Chemengui qui a su détendre l’ambiance et mettre les gens à l’aise. C’était l’opportunité de créer un premier contact entre des jeunes ingénieurs, entrepreneurs  etinvestisseurs potentiels.

Après avoir faire un petit tour de table pour donner l’occasion aux invités de se présenter et décrire leurs parcours, le débat a commencé par une présentation du projet Orange pour les entreprises sociales, où monsieur Youssef Bechaouch a montré les efforts fournis par Orange affin de promouvoir et encourager l’innovation sociale en faveur du développement et ce via le prix Orange de l’Entrepreneur Social en Afrique et aussi le programme ESPRIT Incubator, un incubateur-accélérateur d’entreprises technologiques innovantes, Orange tunisie a lancé ce programme depuis avril dernier en partenariat avec ESPRIT et Mercy Corps Tunisie.

 Ensuite, chacun des intervenants a exprimé sa vision et sa définition de l'entreprise sociale, pour monsieur Pedro Telleria  « l’entrepreneuriat social consiste à créer une activité économique viable pour répondre aux besoins sociaux et environnementaux (accès aux soins, aux énergies, au logement, chômage, circuits courts et covoiturage, bio, etc.) »

Par la suite, les intervenants ont partagé leurs expériences et l'apport de chacun dans sa structure. Madame Carry a présenté Mercy Corps comme une organisation internationale d’aide humanitaire et au développement qui existe pour aider les gens à bâtir des communautés sures, équitables et productives à travers le monde. Mercy Corps s’est investie au promouvoir des entreprises sociales en s’alliant à Orange Tunisie et ESPRIT dans le programme ESPRIT Incubator, précise madame Carry.
Pour monsieur Anis Ghodhbane le directeur de Lab'Ess, a spécifié que son entreprise est un incubateur d’entreprises sociales et que Lab’Ess est une structure dédiée au renforcement des capacités des associations tunisiennes et des porteurs de projet d’entrepreneuriat social, par le conseil, la formation et la mise en réseau.
Alors que monsieur Pedro Telleria a confirmé que l’entreprise Yunus Social Business est le premier accélérateur de Social Business dans le monde et elle a pour objectif de fournir un environnement propice à la création de Social Business comprenant un accès facilité au financement, à un réseau de partenaires, à un coaching individualisé et à un programme de formation.

Et en répondant à la question : quel est l'apport des nouvelles technologies dans les entreprises sociales, tous les intervenants ont confirmé que l’accès aux technologies de l’information et de la communication a connu des progrès remarquables au cours des ces dernières années et grâce aux nouvelles technologies on peut toucher une grande partie de la société, c’est pourquoi les TIC ont un impact très important sur le succès des entreprises sociales.

Après, les invités de l’Orange Developer Center ont abordé le sujet des difficultés pour monter et  assurer la pérennité des entreprises sociales. Pour monsieur Wael Soltani, ce jeune entrepreneur, la grande difficulté qu’il a rencontrée était au niveau du guichet unique et les processus de l’administration tunisienne. Monsieur Anis Ghodhbane, a affirmé que la création d’un bon business plan est la clé de réussite de l’entreprenariat social.

Et à la fin, les intervenants ont tous confirmé que l'entrepreneuriat social a un grand potentiel s'il est bien utilisé, aussi ils ont insisté à faire démocratiser ce concept chez les jeunes en Tunisie.

La matinée s'est clôturée autour de croissants et de café chaud.